mecanique-fouet-couvMa critique du roman graphique Mécaniques du fouet est maintenant disponible sur Pieuvre.ca.

Née en 1861, Eugénie Guillou est un personnage assez inusité. Trop indépendante pour épouser un employé de bureau ou un vulgaire ouvrier, et pas assez belle ou riche pour former une union conforme à ses souhaits, la jeune femme trouve refuge à l’âge de 18 ans chez les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame du Sion. On l’envoie dans un couvent de Roumanie, où elle enseigne aux enfants pendant une dizaine d’années, mais au moment de la prononciation définitive de ses vœux, la Mère supérieure l’expulse sous prétexte qu’elle ne possède pas la vocation religieuse. Tuberculeuse et sans le sou, Eugénie mettra à profit son expérience dans le maniement du martinet et son passé de nonne pour ouvrir son propre bordel, et se tailler une réputation comme spécialiste de la fessée et des mises en scène sexuelles dans le Paris du début du 20e siècle, sans jamais perdre sa virginité.

Lire la critique complète ici.