el-commandante-yankee-couvMa critique de l’album El Comandante Yankee est maintenant disponible sur Pieuvre.ca.

El Comandante Yankee s’ouvre en décembre 1957, alors que William Alexander Morgan, un Américain élevé dans la conviction que la liberté est un droit et n’appréciant pas que son pays appuie un dictateur de la trempe de Fulgencio Batista, débarque à La Havane afin d’aider le peuple cubain à se libérer du tyran. Sans connaître un seul mot d’espagnol, il parvient à joindre les rangs du Segundo Frente, un groupe rebelle installé dans les montagnes de l’Escambray, et durant les quatre années suivantes, il ne fera pas que prendre part à la révolution, mais jouera un rôle déterminant, autant dans la chute du régime de Batista que dans la protection du jeune gouvernement contre les potentiels coups d’États et l’influence indûe des pays étrangers (le sien en tête de liste), ce qui ne l’empêchera pas d’être condamné à mort par le nouveau Lider Maximo de Cuba en 1961.

Lire la critique complète ici.