jacques-lamontagneJe me suis entretenu avec le bédéiste québécois Jacques Lamontagne à propos de sa série Wild West, et l’entrevue est disponible sur Pieuvre.ca.

Comment est né le projet de Wild West?

Jacques Lamontagne : Ce qu’il faut dire, c’est que j’avais travaillé auparavant avec Thierry Gloris sur Aspic, détectives de l’étrange, une série qui se déroulait à la fin du 19e siècle à Paris. On avait eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble et nos univers se rejoignaient, mais à cause de choix éditoriaux, on a été obligé d’abandonner la série. On s’était toujours dit qu’on retravaillerait ensemble éventuellement sur un autre projet, et Thierry m’a demandé quels seraient mes goûts, quel type d’univers j’aimerais regarder… Je lui ai parlé du Retour de Martin Guerre, une petite communauté avec des gueules quand même très typées. Il a réfléchi à ça, et il est revenu avec l’idée d’un western. Ça m’a un peu surpris sur le coup, mais par la suite, j’ai compris l’idée de petite communauté, et puis des sales gueules qu’on pouvait retrouver à l’intérieur de la série.

Lire l’entrevue complète ici.