fuite-du-cerveau-couvMa critique de la bande dessinée La Fuite du cerveau est maintenant disponible sur Pieuvre.ca.

Le 18 avril 1955, suite à la mort d’Albert Einstein à l’hôpital de Princeton, la communauté scientifique au grand complet se retrouve en deuil. L’autopsie de la célèbre dépouille est confiée à Thomas Stolz, un médecin snobé par ses pairs qui passe ses journées dans la cave de l’établissement en compagnie de cadavres. Persuadé qu’avec un cerveau de ce calibre entre les mains la route vers la gloire est toute tracée, l’anatomopathologiste décide de subtiliser l’organe cérébral le plus puissant de tous les temps. Bien qu’il ne soit pas neurologue, l’homme espère trouver le siège du génie dans cet amas gélatineux pesant 1 230 grammes et s’avérant plus petit que la moyenne, mais « l’enlèvement » de cet encéphale de renom ne passe pas inaperçu, et Stolz aura beaucoup de difficulté à dénicher un laboratoire discret où mener ses travaux avec le FBI et les journalistes à ses trousses.

Lire la critique complète ici.