manoir-sheridan-couvMa critique de l’album Le Manoir Sheridan est maintenant disponible sur Pieuvre.ca.

Québec, 1922. En fuite après avoir volé la caisse d’un magasin général, Daniel Letendre est englouti avec son traîneau dans les eaux d’un lac gelé. Il est sauvé de justesse par Angus Mac Mahon, un riche anglais qui l’emmène chez lui au Manoir Sheridan, un luxueux, mais lugubre domaine isolé dans la forêt. Comme sa jambe est brisée et que la tempête fait rage, son hôte propose de l’héberger quelques jours, le temps qu’il termine sa convalescence, mais lui demande de ne pas s’aventurer dans l’aile ouest sous prétexte que cette section aux planchers vermoulus est dangereuse. Malgré les souhaits formulés par le propriétaire des lieux, Daniel s’y rend quand même, et y découvre la nièce d’Angus, Édana, plongée dans un état cataleptique depuis la mort de son père. Il a beau lui parler et lui faire la lecture, rien ne semble extirper cette dernière de sa torpeur. Ce n’est malheureusement pas la seule surprise qui attend le jeune homme dans cette étrange demeure.

Lire la critique complète ici.